Ce que m'offre "l'espace" de la pose

J'y partage mon monde intérieur avec les autres, tente d'y susciter et transmettre des émotions, sensations, réflexions, perceptions.

Dans un tel contexte que celui de la création, où chacun ouvre une porte à sa façon sur son intimité, l'échange avec les autres m'apparaît riche et propice. C'est un moment de partage toujours unique et sans cesse renouvelé.

 

J'y figure un canal par lequel une forme d'énergie circule, un sentiment, que les créatifs face à moi vont capter et retranscrire à leur manière. Donner envie aux autres de (continuer à) dessiner, peindre, photographier (etc) grâce à l'impulsion créative qui guide mes propres attitudes, tel est mon principal objectif.

 

J'y éprouve mes limites physiques et psychiques, analyse mon rapport à l'espace et au temps. Les diverses disciplines dans lesquelles j'interviens me le permettent, chacune à leur manière.

 

Il me relie à l'Essentiel : dépouillée généralement en atelier de tout artifice, vêtement ou autre élément pouvant aisément être source de projections, je me retrouve “face” à mon corps, rien que lui. Ma nudité, expérimentée en tant que modèle (mais pas que), me renvoie indéniablement à ma nature humaine et impermanente.

 

Je suis dans l'Ici et Maintenant et je me plais à penser, et parfois à constater, que les autres captent au vol et s'accaparent ce ressenti que j'ai de la vie, comme un jeu de miroir.

 

Dans la société consumériste et patriarcale où j'évolue, où le corps féminin en particulier est placardé par les médias de long en large et presque systématiquement hypersexualisé, remisé au rang d'objet visant à vendre toutes sortes de produits, le fait d'exercer le métier de modèle d'art constitue à mes yeux un acte politique visant à exprimer au monde les valeurs égualitaristes qui m'habitent. Un corps est bien plus qu'un corps, et j'entends bien le montrer (avec ou sans jeu de mot).


J'emprunte ces mots à Baz Luhrmann auxquels je ne peux qu'adhérer :
Aime ton corps,
uses-en de toutes les façons que tu peux…
n'aies pas peur de lui,
ou de ce que les gens en pensent,
il est le meilleur instrument que tu possèdes”.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

VOUS

À vous qui vous intéressez réellement à mon travail, qui respectez le métier de modèle d'art et l'être humain qui l'exerce ;

À vous qui, pour pallier l'inconfort physique presque inévitable de la pose, offrez aux modèles un environnement de travail adéquat : un tapis de gym/yoga pour préserver leurs articulations et améliorer le rapport qualité/temps de leur prestation, un chauffage d'appoint proche d'eux en complément du chauffage général de la pièce, sans vis-à-vis avec l'extérieur qu'il s'agisse de l'endroit où ils posent ou de celui où ils se changent, un support propre et préservé du matériel de dessin - ou autre - des artistes ;

À mes collaborations, d'hier et d'aujourd'hui, pour votre confiance et votre bienveillance ; pour vos productions, cerises sur le gâteau, tour à tour amusantes, émouvantes, sources d'enseignement et parfois transcendantes…

 

MERCI INFINIMENT !